LACONIA MOTORCYCLE WEEK

Hormis de nouveaux circuits, présentés dans nos newsletters précédentes, All Ways On Wheels ajoute un nouveau service pour les clients voyageant avec notre formule « liberté ». Au cours d’un road trip à travers les États-Unis effectué sans guide, et lorsqu’on ne maîtrise pas forcément l’anglais et ses subtilités, avoir un interlocuteur professionnel francophone peut s’avérer très utile : quelqu’un qui connaît le terrain, et qui vous fournira aide et assistance en cas de péripéties durant votre voyage.

Entre les rassemblements de Daytona et de Sturgis, l’équipe d“All Ways On Wheels”, spécialiste du véritable voyage à motos depuis 2003, organise pour la première fois un road-trip centré autour de la Laconia Motorcycle Week®, du 10 au 19 juin 2019. Pensé pour les motards et leurs conjoints, le circuit plonge dans les racines de l’amérique, entre paysages et villes hors normes et rencontres intenses.

In Laconia… We ride® !

Créé en 1916, la Laconia Motorcycle Week® prend racines dans le New Hampshire.  C’est le plus ancien rassemblement motards au monde. C’est aussi une figure emblématique pour les bikers, puisque le rallye compte parmi le Top Ten des plus fréquentés au monde avec plusieurs centaines de milliers de participants. C’est au début du 20ème siècle que naquit la Laconia Motorcycle Week, à l’époque baptisée  le “Gypsy Tours”, où les motards se réunissaient autour de courses et de passions communes. Aujourd’hui, et depuis 96 ans, la Laconia Motorcycle Week® accueille des riders au long cours venus du monde entier, autour de Weirs Beach, “heart & soul” de Laconia, magnifiquement située sur les rives sud du lac Winnipesaukee.

Quatre États mythiques traversés

Si le point d’orgue du road-trip est le rally de Laconia, il a toutefois été pensé pour les conjoints des bikers, leur réservant un itinéraire atypique, entre découverte des paysages américains extatiques des états du New Hampshire, Massachusetts, Connecticut, Rhode Island, New-York et la visite de villes cultes comme Boston (berceau de l’Amérique) et New-York.

Down-towns !

A Boston, ville fondée en 1630, et qui eut un rôle déterminant dans la révolution américaine, suivez le Freedom Trail à la découverte des sites historiques retraçant l’histoire de la ville.  Dans la Big Apple, des guides américains francophones accompagneront les bikers à Brooklyn, Manhattan, 5th Avenue, Harlem, le MOMA etc.  Parce que “tracer la route” n’est pas incompatible avec la découverte culturelle d’un pays, notamment aussi grandiose que les Etats-Unis où tout est démesuré et souvent décomplexé, la Laconia Motorcycle Week organisée par All Ways On Wheels a été pensée pour satisfaire aux désirs de chacun et son prix est par ailleurs très concurrentiel.


Découvrez le circuit ici :
Circuit Laconia Bike Week

Circuit complet. Rendez-vous en 2020 !

UN JOUR, J’IRAI EN AMÉRIQUE…

Pour certains, c’est la réalisation d’un rêve d’enfant. Pour d’autres, le voyage d’une vie. Territoire encore neuf par rapport à notre ancien continent, les États-Unis, et particulièrement le Midwest, ont une place particulière dans notre esprit et notre imaginaire. Y poser les pieds n’est jamais anodin. Lors d’un road-trip de plus de 3000 km, nous avons découvert une Amérique sauvage, aux climats et paysages changeants, fourmillants de vie et où toute l’épopée du Far-West imprégnait chacun des 14 jours de notre voyage.


Pour certains, c’est la réalisation d’un rêve d’enfant. Pour d’autres, le voyage d’une vie. Territoire encore neuf par rapport à notre ancien continent, les États-Unis, et particulièrement le Midwest, ont une place particulière dans notre esprit et notre imaginaire. Y poser les pieds n’est jamais anodin. Lors d’un road-trip de plus de 3000 km, nous avons découvert une Amérique sauvage, aux climats et paysages changeants, fourmillants de vie et où toute l’épopée du Far-West imprégnait chacun des 14 jours de notre voyage.

Retrouver l’Amérique de nos rêves d’enfance

Ils ont bercé notre enfance et nous ont fait partager leurs aventures. De celles qui ont façonné la réputation du Midwest. De vastes terres, des troupeaux de bisons, des montagnes sans pitié, mais aussi la conquête de l’ouest par les pionniers et les conflits avec les Indiens. Qui d’entre nous n’a pas en mémoire un western iconique (Il était une fois dans l’Ouest), une bande dessinée sur les tuniques bleues, sur les cowboys (notre célèbre Lucky Luke), les Peaux-Rouges et les desperados…  Butch Cassidy et le Kid, Calamity Jane, Crazy Horse, Sitting Bull… Ils ont vraiment existé ! Et leurs histoires, rudes, cruelles et hors du commun, c’est dans le Midwest de l’Amérique qu’elles ont laissé leurs traces. Côté grand écran, John Wayne, Clint Eastwood, Jack Palance, Robert Redford, Paul Newman, Kevin Costner… Autant de figures emblématiques du cinéma qui ont prêté leurs traits au bon, à la brute ou au truand.

Tracer la route, dans un vent de liberté

Pour découvrir et s’imprégner de l’âme et de l’histoire du Midwest, il faut se préparer à l’immensité. Celle des paysages à perte de vue où l’horizon est la seule barrière. Pour ajouter des sensations au voyage, la moto ou la voiture s’imposent : avec la liberté que procure l’une ou le confort à l’américaine de l’autre. Au fil de la route, vue imprenable sur des lacs majestueux, des plaines à perte de vue, des montagnes accrochées au ciel, des geysers qui se gonflent de sulfure (au cœur du parc du Yellowstone, aussi grand que la Corse, et situé sur un site géothermique), pour mieux bouillonner et exploser jusqu’à 40 mètres de haut, des forêts noires de sapins, des routes qui se déroulent comme des rubans d’asphalte sans fin. Des ciels changeants, des nuages qui sculptent le sol, la chaleur qui brouille les montagnes, des pics et des arêtes qui égratignent le ciel, des rivières au lit froid et capricieux, des canyons vertigineux, des strates dorées mélangées aux ocres… Parmi les trésors géologiques à découvrir, le mirifique massif des “Tetons”, vieux de 6 à 9 millions d’années. Long d’environ 65 km, il est dominé par le Grand Teton qui culmine à 4197 m et par le mont Owen qui atteint 3940 m. Ce sont des pionniers français qui les ont ainsi baptisés. Leur imagination était fertile, probablement galvanisée par l’absence de gent féminine aux alentours ! La population rencontrée ? Des bisons, des antilopes, des orignaux, des chiens de prairie, des ours, des porcs-épics, des “chipmunks”, des marmottes, des chevaux… et des cow-boys pure souche.

Sites historiques, monuments et… rodéo !

La mémoire est toujours présente. On découvre des lieux de recueillement, des cimetières discrets, humbles, des sites historiques parfaitement reconstitués ou plane indiciblement la fureur des conflits entre Indiens et Américains (Fort Laramie). Le sang n’est pas loin, les guerres ont laissé leur empreinte qu’il n’est pas question d’effacer. Sioux, Arapahos, Cheyennes, Shoshones… Leurs tipis sont désormais vides mais, reconstitués, on imagine la famille, assemblée autour du feu au centre du petit habitacle. Les représentations sculpturales et picturales se font témoins d’une époque où la chasse au bison (espèce aujourd’hui protégée) était essentielle à la survie de la tribu. Autre curiosité “titanesque”, la figure sculptée dans le roc du Chef Crazy Horse côtoie à quelques kilomètres d’intervalle celles de George Washington, Thomas Jefferson, Theodore Roosevelt et Abraham Lincoln figées dans le granit du Mont Rushmore. Un peu plus loin, la Devils Tower n’en finit pas de refaire vivre sa légende indienne : “Sept jeunes indiennes, poursuivies par un ours, supplièrent le rocher de grandir pour lui échapper. Ce qu’il fit, s’élevant de 330 mètres. L’ours, de ses griffes, égratigna le rocher, sans pourtant atteindre les jeunes filles qui aujourd’hui, sont devenues les sept étoiles de la pléiade”. Et pour le show, tant prisé et maîtrisé par les Américains, à Cody, fief intemporel de Buffalo Bill, le rodéo est devenu un spectacle empreint de patriotisme. Chevaux et buffles désarçonnent en quelques secondes leur cavalier(e) qui manque à chaque fois de se briser les vertèbres. Qu’importe, l’hymne national, émouvant, les porte !

Chaque jour est un nouveau voyage

Le road-trip part de Denver, la “mile high city” (1609 mètres), et passe, entre autres, par Cheyenne, Fort Laramie, Sturgis, Cody, le Parc de Yellowstone, Jackson Hole, les Rocheuses, Estes Park. Sturgis, petite municipalité, nichée au cœur des Black Hills, accueille depuis près de 80 ans au mois d’août, un rassemblement de centaines de milliers de bikers venant de tout le pays et de l’étranger, la plupart des passionnés de Harley Davidson. Le road-trip est fait pour des aventuriers à la recherche de sensations fortes, d’expériences inédites avec l’homme et la nature brute, parfois brutale, toujours authentique et sauvage. Ici, l’espace et la distance prennent un autre sens. Organisé en petits groupes de motos ou de voitures, accompagné d’un guide bilingue, ce voyage au cœur du Midwest américain marque l’esprit comme le fer rouge marque la croupe d’un appaloosa. Chacun de ces 14 jours apporte son lot d’expériences : nouveaux paysages, rencontres, péripéties, hôtels et motels, restaurants et pique-niques dans des cadres à couper le souffle. Le sourire et la sympathie naturels des Américains du Midwest ne font qu’ajouter au charme du voyage où on a la sensation que le temps est suspendu, figeant avec lui les ombres planantes des cowboys, des chercheurs d’or, des pionniers, et des “braves”. Le patrimoine qui fait la légende du Midwest a été préservé. On découvre ainsi le train reliant Hill City à Keystone (Dakota du Sud, et rappelant la série « Les Mystères de l’Ouest, revisités par Will Smith) toujours en usage depuis 1880. À Dubois (Wyoming), on s’attend à croiser Clint Eastwood, prêt à dégainer son colt, ou Peter Fonda sur son chopper Harley-Davidson, sorti tout droit du film Easy Rider.

Les odeurs incitent également au voyage… L’humus, le souffre, les pins, parfois une moiteur sourde qui grouille de vie animale et vous enveloppe, tel un faux silence. Au fil des kilomètres, les noms de sites qui éveillent l’imagination : ”Willow creek” (le ruisseau du saule), “Timber Lake” (le lac au bois rond)… On allume la radio, et on roule sur la musique des années 40 ou 60 : de Johnny Cash, Emmylou Harris, Kenny Rogers, à Franck Sinatra et Justin Timberlake, de la country music aux comédies musicales et aux crooners… on est vraiment loin, on est vraiment ailleurs.

Une Amérique bon enfant et accueillante

Chapeaux, chemises à carreaux, boots increvables, bretelles, les Américains s’habillent aussi de leur plus beau sourire pour accueillir les Frenchies qu’ils aiment bien. “Ah ! La France ! J’adore Paris” ! Et les plaisirs de la table ne font pas défaut non plus dans ce road-trip. La mauvaise réputation de la gastronomie américaine est aussi infondée qu’injuste. Large choix de plats très différents, et pour tous les goûts. “Vous reprendrez bien un peu de steak de bison ?… ou une brioche à la cannelle ?”. Non, l’Amérique, ce n’est pas que McDo. Au pays de la démesure, ce road-trip nous en met plein la vue, mêlant plaisir, aventure et authenticité. C’est le voyage d’une vie. Tout au long de la route, “All Ways on Wheels”, qui depuis plus de 15 ans organise des road-trips à moto et en voiture partout dans le monde et particulièrement en Amérique du Nord, a été à nos côtés. L’agence, qui propose une trentaine de circuits différents, est un partenaire fiable qui nous a fait découvrir les États-Unis comme nous en avions rêvé. La logistique sans faille, assurée par un véritable guide chevronné, nous a garanti un voyage dans les meilleures conditions : en toute sécurité, mais avec la curiosité à fleur de peau et surtout, l’aventure au rendez-vous.

Enjoy !